jeudi 26 mars 2009

RODEZ 2009. - ARTAUD dans tous ses états
(du 1er au 31 mars).

Antonin Artaud dans le rôle de Marat (Abel Gance, Napoléon).
© Guy Brunet. 2009.

Depuis dix ans, à l'ombre de la flèche de grès rose de la cathédrale de Rodez, Mireille Larrouy consacre le mois de mars à Antonin Artaud. Elle ne se contente pas d'entretenir dans la ville la mémoire vive de celui-ci. Elle organise autour du personnage spectacles, rencontres, débats, créations multiples, prolongeant ainsi dans le réel l'extraordinaire vie du Mômo. - "Regards d'artistes sur Antonin Artaud" : 30 artistes de l'Aveyron exposent cette année à Rodez, à la Chapelle Paraire. L'an dernier, ce fut un hommage au "monde rêvé de Guy Brunet", artiste autodidacte, tombé dès l'enfance dans la potion magique du cinéma et qui réinvente celui-ci, en produisant affiches, scénarios, films, silhouettes en pied des acteurs du 7e art. - Rodez fut le dernier lieu d'internement du poète. Longtemps, il put sembler difficile d'y faire revivre son œuvre multiforme. Aujourd'hui, on découvre que tous les débats y sont précisément possibles et à mener : sur le théâtre, le cinéma, l'écriture, la folie, la psychiatrie... - Un grand moment de vie, d'art brut et d'art tout court.

"Regards d'artistes sur Antonin Artaud". Catalogue d'exposition, Espace Antonin Artaud, Rodez, 2009.
"Le Monde rêvé de Guy Brunet". Catalogue d'exposition, Espace Antonin Artaud, Rodez, 2008.
Association Rodez-Antonin Artaud : artaud.rodez@neuf.fr

Le Monde d'ANDY WARHOL

L'actualité me remet en mémoire une très ancienne découverte. Celle, dans les années 1970, de l'univers FLASHY d'Andy Warhol et de la Factory. En 1982, connaissant mon goût pour le peintre, Art Press me demande un article pour un spécial "Audiovisuel". Repris dans "Hôtel des Amériques", le texte est consacré au traitement par Warhol des médias, à son intérêt pour la télévision. Il s'achève sur les visages, ce fameux traitement des visages qui est le sien, propre à sublimer tout un chacun, à transformer en icône artistique ceux qui furent dans la vie de passagères icônes du spectacle, du show-biz ou du monde politique. - Plus de 20 ans plus tard, en 2006, je reviendrais, dans une conférence à Bruxelles, sur le goût prononcé de Warhol pour la catastrophe, le fait divers, l'événement : "Ce qui arrive... d'Andy Warhol à Paul Virilio" ("Les Formes contemporaines de l'art engagé", Bruxelles, La Lettre volée/Iselp, 2007). - Warhol fait aujourd'hui partie du quotidien. Ses figures, son art, son personnage même sont devenus "très mode" ! Espérons que les visages créés conserveront dans l'esprit des visiteurs des expositions en cours quelque chose de leur aura. De leur beauté. Que l'exposition ne se résume pas à n'être qu'ANDY WARHOL AU PAYS DES PHARAONS de la quotidienneté !

dimanche 8 mars 2009

Florence de Mèredieu — L'AFFAIRE ARTAUD
Journal ethnographique (Fayard, 2009)

"L'Affaire Artaud" défraie depuis quelques décennies la rubrique des médias. — Blocage de la parution des Œuvres complètes du poète. Procès en cascade. Mise en cause de la transcription des cahiers manuscrits. Virulentes et ostentatoires campagnes de presses, à charge ou à décharge des uns et des autres.
Miroir de la vie intellectuelle des années 1948-2008, l'Affaire Artaud apparaît comme un feuilleton médiatique, les journaux (Combat, Le Monde, Libération, Le Nouvel Observateur, La Quinzaine littéraire, etc.) ayant assuré une sulfureuse carrière posthume au poète, mort à Ivry en 1948.

L'Affaire Artaud met en scène un poète maudit (Antonin Artaud), des manuscrits et dessins, une Grande Prêtresse (Paule Thévenin), une maison d'édition réputée (Gallimard), une famille (les Artaud-Malausséna), quantité de medecine men (Gaston Ferdière, Jacques Lacan, etc.), des intellectuels de renom (Jean Paulhan, François Mauriac, André Malraux, Jacques Derrida, Philippe Sollers, etc.), de grandes institutions (la Bibliothèque nationale de France, le Centre Georges-Pompidou, etc.), des avocats devenus de puissants hommes politiques (tel Roland Dumas).

L'histoire comporte des familles, des clans, des tribus et des gourous, des "medecine men", des reliques, des magiciens, des éditeurs et des illusionnistes, des journalistes et des avocats, des collectionneurs et des intellectuels réputés. Elle s'est déroulée à l'ombre de prestigieuses institutions et jusqu'au cœur de l'État. Largement abreuvé d'informations qu'il ne peut maîtriser, le grand public ignore tout de ce qui s'est tramé, durant soixante ans (1948-2008), autour de l'œuvre de l'un des plus grands écrivains du XXe siècle.

Largement médiatisée, l'Affaire Artaud demeure, cependant un sujet tabou. Un haut lieu de secrets auxquels bien des protagonistes de l'Affaire n'ont, eux-mêmes, pas eu accès. On s'interrogera sur les arcanes de cette histoire qui s'apparente souvent à un gigantesque marché de dupes.

Entrée il y a 25 ans au cœur de l'Affaire, Florence de Mèredieu assiste et participe à ses rebondissements. Ce "Journal ethnographique" relate les évènements, recense les documents et décrit ce que furent — en arrière-plan — les mœurs et les pratiques de ses différents protagonistes.

L'AFFAIRE ARTAUD - Journal ethnographique (Fayard, 2009)

Tout ce que vous auriez voulu savoir sur l'Affaire Artaud. Tout ce que vous n'auriez même pas imaginé.

L'Affaire Artaud fut aussi — et peut-être surtout — une grande Affaire médiatique. S'attacher à la décrire amène inéluctablement à esquisser une certaine histoire de la presse (Combat, Le Monde, Libération, La Quinzaine littéraire, etc.) et de l'édition (Gallimard). Sans compter la description des relations complexes qu'entretiennent ici le droit et la littérature.

Univers des réseaux, de la presse et des médias. Mondes cloisonnés de la psychiatrie. Grandes Institutions travaillant à l'ombre de l'État et dans les arcanes du pouvoir (Bibliothèque nationale de France, Centre Georges Pompidou, etc.). Intellectuels soucieux de traiter le poète mort à Ivry en mars 1948, à la façon d'un porte-étendard. Matière première de gloses interminables, le Grand Œuvre d'Artaud n'a pas cessé d'alimenter l'histoire littéraire et journalistique.

Florence de Mèredieu - Petit curriculum

Écrivain, essayiste, Florence de Mèredieu a enseigné l'esthétique et la philosophie de l'art à l'Université de Paris I (Panthéon-Sorbonne). Entre 1994 et 1996, elle est chercheur détachée au CNRS (Centre de recherches des arts et du langage, EHESS).
Elle est l'auteur de fictions (Une si petite anthropophage, Des Femmes, 1981, Télévision, la lune, Des Femmes, 1985, Borges & Borges illimited, Paris, Blusson, 1993, Duchamp en forme de ready-made, Paris, Blusson, 2000. Et Beckett se perdit dans les roses, Paris, Blusson, 2007) et de nombreux ouvrages sur l'art moderne et contemporain ( Le dessin d'enfant, Blusson, 1990 ; André Masson, les dessins automatiques, Paris, Blusson, 1988, Histoire matérielle et immatérielle de l’art moderne, Paris, Bordas, 1994, Larousse, 1999, Nouvelle édition augmentée, Larousse, 2004, "Hôtel des Amériques", essai sur l'art américain, Paris, Blusson, 1996, Kant et Picasso, le "Bordel philosophique", Nîmes, Jacqueline Chambon, 2000. Arts et nouvelles technologies, art vidéo, art numérique, Paris, Larousse, 2003, etc.)
Elle a consacré neuf ouvrages à Antonin Artaud — Antonin Artaud, Portraits et Gris-gris, (Blusson, 1984 et 2008), Antonin Artaud, Voyages, 1992 ; Antonin Artaud, les couilles de l'Ange, 1992 ; Sur l'électrochoc, le Cas Antonin Artaud, 1996 ; La Chine d'Antonin Artaud/le Japon d'Antonin Artaud, 2006, une biographie : C'était Antonin Artaud (Fayard, 2006).Et : L'Affaire Artaud, Journal ethnographique (Fayard, 2009), Antonin Artaud dans la guerre. de Verdun à Hitler. L'hygiène mentale (Blusson, 2013), Vincent Van Gogh Antonin Artaud, Ciné-roman ciné-peinture (Blusson, 2014).
En 1994-1995, Florence de Mèredieu adresse au Monde et à Libération deux Lettres ouvertes sur l'Affaire Artaud.
Derniers ouvrages parus : Van Gogh. L'Argent, l'or, le cuivre, la couleur (Blusson, 2011), ouvrage consacré aux relations de Van Gogh à l'argent et la religion et "l'être de l'étant" de la tatane de Van Gogh (Blusson, 2011). Ce dernier ouvrage porte sur la controverse Heidegger, Meyer Schapiro, Derrida autour des "Souliers" de Van Gogh.

Elle a collaboré à de nombreuses revues et ouvrages collectifs (Parachute, Art Press, Communications, Les Cahiers du Centre Georges-Pompidou, La revue d'Esthétique, Vertigo, etc.). Entre 1978 et 1991, elle écrit régulièrement dans La Nouvelle Revue Française (revue de Gallimard).

Interventions à l'étranger : Florence de Mèredieu a effectué de nombreuses missions et de très nombreuses conférences à l'étranger. Sur l'art moderne et les nouvelles technologies et sur Antonin Artaud (Québec, Etats-Unis, Japon, Chine, Brésil et Europe : Belgique, Grande-Bretagne, Pays-Bas, Italie, Espagne, Portugal, Allemagne, Tchécoslovaquie, Hongrie, Roumanie, etc.)
.