lundi 31 août 2009

THE ARTAUD AFFAIR, ethnographic journal (Fayard, March 2009)

L’Affaire Artaud brings together an accursed poet (Antonin Artaud), his manuscripts and drawings, a High Priestess (Paule Thévenin), a famed publishing house (Gallimard), a family (the Artaud-Malaussena), a bevy of medicine men (Gaston Ferdière, Jacques Lacan, etc.), famous writers (Jean Paulhan, François Mauriac, André Malraux, Jacques Derrida, Philippe Sollers, etc.), State institutions (Bibliothèque nationale de France, the Pompidou Centre, etc.), and lawyers who have become influential political figures (such as Roland Dumas).

As a mirror of French intellectual life in the period 1948-2008, L’Affaire Artaud is also a chronicle of the media and the press (Combat, Le Monde, Libération, Le Nouvel Observateur, La Quinzaine littéraire, etc.), which have capitalized on the diabolical posthumous career of the poet, who died at Ivry in 1948.

The story runs to clans, tribes, gurus, relics, wizards and illusionists. -Florence de Mèredieu got involved in the Affair 25 years ago and has seen and taken part in its turnings. Her Journal ethnographique relates events, collates documents and describes - in the background - what the standards and practices of its different protagonists are.

Florence de Mèredieu, writer and university lecturer, has written fiction and many books on modern and contemporary art, including Histoire matérielle et immatérielle de l’art moderne, Larousse, 1994-2008, studies of Duchamp, Masson and Picasso, pop art, the Japanese avant-gardes, etc. In 1994-95 she sent to Le Monde and Libération two open letters (never printed) concerning the Artaud Affair. She has written seven works about the poet, including Antonin Artaud, Portraits et Gris-gris, (Blusson, 1984 and 2008), a biography : C’était Antonin Artaud (Fayard, 2006) and L'Affaire, Artaud, Journal ethnographique, Fayard, 2009.

Open letter The Artaud Affair Le Monde — 1/6

‘mobile table, with in its middle a tin-plated copper reservoir large enough to lie a body in, and enabling, in a short space of time, continuous heating of all the posterior part of the drowned person’ (Felix Archimède Pouchet, 1840)

Plea for resuscitating the drowned
Open letter (as form demands) to Jean-Louis Jeannelle* and Le Monde des livres. *Writer of the article “L’Affaire Artaud : journal ethnographique de Florence de Mèredieu : Artaud et les jésuites” (11 June 09)

First of all, let us salute the courage of Jean-Louis Jeannelle. And of Le Monde in the wings. To dare, simply dare, write an article, or the semblance of one, about L’Affaire Artaud is by no means an easy matter. As the silence of almost all the press shows. So let us acknowledge the initiative itself.
And since L’Affaire Artaud concerns the press and the media at large, I would like to give this letter a ‘generic’ aspect.


‘By dissecting each analysis the papers have (or haven’t) printed concerning her previous publications, Florence de Mèredieu has made criticism of her new book, L’Affaire Artaud, a delicate matter. Articles written by journalists in "Le Monde des livres" are sifted over in it. Having no wish to be suspected of collusion or of wanting to censure, all that remains is to refuse to take sides - an unsatisfactory position in the eyes of the author who sees in it a form of “jesuitism”’...
(Jean-Louis Jeannelle, Le Monde, 11 June 09)

‘Artaud et les jésuites’ - The title amused me. For someone like me, with a reputation for having a big mouth and lacking diplomatic tact, it is delightful to be called a ‘Jesuit’. All the more so for a book that strikes out at them and doesn’t hide truths that no one wants to hear. A book that appears to frighten and upset quite a few ! All right then : let people salute in me a ‘jesuitism inside out’, a certain sense of ‘diplomacy in reverse’. It is true that in my book I charge Le Monde with ‘a certain jesuitism’ for the way it has handled the Artaud Affair...

Rather than deal with the Affair and the content of the Affair, the article concentrates (but in a very elleiptic manner) on the treatment of the affair by Le Monde des livres. The paper has been very much involved in the Affair, and it may be said that at one stage it was pleased enough ‘to make the play’.

Certain criticisms expressed in my latest book do concern articles published not long ago by Le Monde or the absence of articles concerning certain works.

It is easy to see then that L’Affaire Artaud, journal ethnographique (Fayard, March 2009) could only be taken up by Le Monde with long-handled pincers. And looked at askance.
But enough of my own ego. That is just one aspect of the incriminated book, which names many other papers (Combat, Libération, Le Nouvel Observateur, Le Figaro, Art Press, Télérama, etc.), institutions (Gallimard, the Bibliothèque nationale de France, the Pompidou Centre, etc.), some toothsome personalities (Paule Thévenin, Roland Dumas, Philippe Sollers, Jacques Derrida, etc.). And any number of events.
What then is the purpose of this article (‘Artaud et les jésuites’) which consists for the most part in proclaiming that nothing will be said of the book it names, for fear of what its author might say or think ?

J.L. Jeannelle is content to set forth facts that are already well known while passing over in silence the mass of new documents, information and facts, many of which have never before been published. All of that might have given rise to a lot of discussions.
- ‘Artaud still in debate’, wrote Josyane Savigneau in 1995. - Reading again this last short article, we see that Le Monde has one single idea in mind : close discussion as soon as possible. In other words : ‘Move along ; there’s nothing to see. On your way and ABOVE ALL : forget the Artaud Affair.

Does Le Monde stand to lose something ? Has it something to hide ? Or mask ? - Le Monde and, of course, those who in the background pull the strings of the story. - There are too many people that matter involved in the Artaud affair.

What is it that Le Monde is frightened of, to refuse so explicitly to ‘take sides’ for fear of being accused of ‘jesuitism’ again or - far more serious (and here it is me who is putting something forward) - of wanting to hide the truth and ensure that the reader does not rush off to get that book : L’Affaire Artaud ? I am not a very powerful enemy and it makes me laugh to think that the article could be summed up by saying : ‘Who’s afraid of FdeM ?’ - No one, right ? Well ? I would like someone to fill me in.

Open letter The Artaud Affair Le Monde — 2/6

Plea for resuscitating the drowned
Open letter (as form demands) to Jean-Louis Jeannelle* and Le Monde des livres. *Writer of the article “L’Affaire Artaud : journal ethnographique de Florence de Mèredieu : Artaud et les jésuites” (11 June 09)


It was in the midst of a curious column, ‘APARTE’ (‘aside’), that "Le Monde des livres" published this article.
Lend me your ears ! Ladies and gentlemen ! - To talk about the Artaud affair, we must lower the tone, step out of the framework of important columns and walk small. To TALK ABOUT the Artaud affair and Artaud in short, the first thing to do before anything else is SHUT UP. - That is plain to see.

"Le Monde des livres" takes no risks. - Is it because the flower of French journalism is already up to its neck in this story ? Sunk with all hands aboard in the murky depths of the Artaud affair. Is Le Monde among the drowned ? Dissolved ? Diluted ?

To revive the vital force of our daily, I suggest we use this antique device, designed for resuscitating drowned persons (see image on cover).

Open letter The Artaud Affair Le Monde — 3/6

Plea for resuscitating the drowned
Open letter (as form demands) to Jean-Louis Jeannelle* and Le Monde des livres. *Writer of the article “L’Affaire Artaud : journal ethnographique de Florence de Mèredieu : Artaud et les jésuites” (11 June 09)


As has always been the case in the past sixty years, there are two big losers in this Affair :

- Artaud and his work, which remain under control, under influence, with orthodox books that play into the hands of the ‘owners’ or ‘copyright holders’ (publishing houses, institutions that conserve archives, heirs, etc.).

- the public, who are given (as Philippe Lacoue-Labarthe so aptly wrote to me in 1994) not ‘Artaud’ but ‘part of Artaud’. Meaning works that have been formatted and re-formatted to suit editorial and commercial ends. The reading public is led by the nose, since by the silences and pretences of the Affair the media continue to keep it under influence.


In 1994, when I sent off to some 900 persons my ‘Open letter to Josyane Savigneau’ (1), there was quite a stir. Besides criticizing the work of Paule Thévenin, my open letter (blithely) swept aside another major taboo: you shall not indict a journalist. He (in this case she) is persona non grata.
Authors may not recognize their books in what is said of them by the so called ‘critics’, they may (why not) be unjustly attacked ; they may feel they have been betrayed, manipulated. But whatever the case they must never ‘talk back’ nor take to task the big names of the press.

This situation is abnormal. A cultural journal is under an onus to further the discussion of ideas IN ACTUAL FACT and not only for appearance’s sake. Authors must be able to explain.

The situation of the written press has changed. The Internet has broken the monopoly that the papers once held.

Jean-Louis Jeannelle remarks that it is a ‘delicate’ matter to criticize this new book. Which implies that I have been too hard on the papers.

Enough of these games : what could be more normal than to ‘sift over’ and criticize a journalist’s article. That is exactly what journalists do with authors’ books. Healthy reciprocity does no harm to intellectual life. On the contrary, our journalists should be delighted. It shows that they are still read a little.

Which is why we have an article written with long-handled pincers, you can feel it. Shuffled together. The Jesuits, the real ones, were far more gifted !

Not to mention this supposed final paradox, by which Jean-Louis Jeannelle accuses me of ‘jesuitism’ and also reproaches me for :
- the fears that I touch on as to an entrenching of attitudes on one hand and on the other, after the book has come out, with the ‘increased fixation, crystallisation and projection of phantasms at work since the origins of this affair, sixty years ago’.
- and the wish that this situation be surpassed and the ‘Artaud Affair or Affairs cease at last to be written about’.

Well, why not ? We can be lucid and just as well wish that things be clarified and move forward ! - And that is just what is happening right now. Opinions expressed by readers, on the Internet, and various letters show me that certain readings are changing, and changing VERY QUICKLY.

On the other hand, the attitude of Le Monde, and of almost all the paper press, shows that my fears were not unfounded. - Come, come, Monsieur Jeannelle, what you need to finish off your articles is a little more rhetoric. Spite is an art and it is not so easy !

Open letter The Artaud Affair Le Monde — 4/6

Plea for resuscitating the drowned
Open letter (as form demands) to Jean-Louis Jeannelle* and Le Monde des livres. *Writer of the article “L’Affaire Artaud : journal ethnographique de Florence de Mèredieu : Artaud et les jésuites” (11 June 09)


As has always been the case in the past sixty years, there are two big losers in this Affair :

- Artaud and his work, which remain under control, under influence, with orthodox books that play into the hands of the ‘owners’ or ‘copyright holders’ (publishing houses, institutions that conserve archives, heirs, etc.).

- the public, who are given (as Philippe Lacoue-Labarthe so aptly wrote to me in 1994) not ‘Artaud’ but ‘part of Artaud’. Meaning works that have been formatted and re-formatted to suit editorial and commercial ends. The reading public is led by the nose, since by the silences and pretences of the Affair the media continue to keep it under influence.


As for the editorial treatment of Artaud’s manuscript notebooks as it has been done for so many years, by Paule Thévenin, the story is complex and I leave it up to readers to discover how the interests of one party or another have built up a monstrous legend over the years. Clearly, at present Le Monde does not want to shed light on this affair. For reasons of its own that are not conducive to establishing what I persist in calling ‘the truth of the Artaud affair’.

Technically, it would not be very difficult to propose (e.g. via the Internet) a digital version of the Artaud papers. All that is needed is a little willpower, and the time it takes. - There are of course questions of copyright, which are backed (wouldn’t you know) by commercial interests.

Open letter The Artaud Affair Le Monde — 5/6

Plea for resuscitating the drowned
Open letter (as form demands) to Jean-Louis Jeannelle* and Le Monde des livres. *Writer of the article “L’Affaire Artaud : journal ethnographique de Florence de Mèredieu : Artaud et les jésuites” (11 June 09)


‘What are the stakes ?, you may ask me. - First of all, they concern Artaud’s production and the way in which his works have been presented to the public.

Second, it is time we got shut of the rabid media neurosis that has held things up for so long. That freedom of speech be possible. That fear no longer reign in those places where it is felt most : the press, publishing, the media.

What is the role of a paper like Le Monde ? Is it to ensure that the weight of influences rests secure, that networks remain in place, that certain parties be allowed to control opinion ? Or is it to foster real discussions ?

This most recent article in Le Monde does not even say what the stakes in play in the Artaud affair are.

Open letter The Artaud Affair Le Monde — 6/6

Plea for resuscitating the drowned
Open letter (as form demands) to Jean-Louis Jeannelle* and Le Monde des livres. *Writer of the article “L’Affaire Artaud : journal ethnographique de Florence de Mèredieu : Artaud et les jésuites” (11 June 09)


Jean-Louis Jeannelle expresses doubt as to the validity of ‘this attempt at controversial history’ that I am trying to foster.

But what this university man and journalist forgets is that the Artaud affair has remained to the present day a pirate’s chest of legends by which all sorts of fabrications have been possible.
We need simply accumulate facts and documents, and relate events truthfully, to see that the matter of what forms history (what happened, what was said or done at a given time by one party or another) or ethnographic investigation (in which I play the role of ethnographer or detective) is indeed controversial.

What is controversial in my book is the mass of documents and facts that rise up to contradict the legends set into place. - It is not the forthright tone that is at cause ! It is what is real that is controversial.

Florence de Mèredieu, 14 juin 2009

dimanche 23 août 2009


Couverture de la première édition (1994)

Des lecteurs me demandent si la grille de lecture de cet ouvrage peut s'appliquer à d'autres époques de l'art.

Cette histoire "matérielle et immatérielle" s'ouvre à un tournant remarquable de l'histoire des arts plastiques : celle de la naissance, puis du développement de ce que l'on va appeler "l'art moderne". À un moment où se renouvelle la question du matériau. Et où se dessine ce contrepoint obligé de l'amenuisement, de la réduction du matériau jusqu'au zéro et jusqu'au vide.

Cette histoire se comprend donc dans un contexte historique particulier, qui verra autour des années 1950-1960, une approche du matériau brut se faire jour. C'est le moment où Yves Klein célèbre, inversement, les vertus de l'"immatériel".

L'arrivée, dans les années 1960, de l'art vidéo et de l'art par ordinateur va occasionner un regain d'intérêt pour l'image et la dématérialisation d'un art qui se confond désormais souvent avec son double. Ou son avatar.

Cet ouvrage, que j'avais conçu comme une nouvelle grille de lecture, chacun peut l'amplifier au fil de ses lectures et de ses découvertes, ajoutant tel artiste, telle œuvre, telle démarche, telle citation critique. Il s'agit bien d'un ouvrage en devenir, d'une sorte de work in progress.

Cette grille de lecture peut maintenant s'appliquer à d'autres époques et à l'ENSEMBLE de l'histoire des arts. Les notions de matérialité et d'immatérialité ne sont, toutefois, pas univoques. Il faudrait donc déterminer soigneusement le sens des concepts mis en œuvre dans le contexte de chaque ère géographique ou historique choisie. Un répertoire précis des termes utilisés serait à ce niveau intéressant. D'autant que chaque langue apporte au processus une coloration qui lui est propre.

Une des voies les plus fécondes est incontestablement l'étude des divers matériaux. La manière dont l'eau, l'or, la cire, les résines, le marbre, le bois, la matière vivante, etc., sont diversement (ou similairement) utilisés dans des civilisations et des contextes différents, cela s'avère plein d'enseignements. Il y a ainsi une histoire de chaque matériau à écrire.

Et une histoire conjointe de tous les "immatériaux" que nous avions répertoriés : espace, temps, vide, langage, etc.

Cette "Histoire matérielle et immatérielle des arts" ne peut donc se constituer qu'en accumulant les données concrètes et techniques propres à l'art d'une époque donnée. Et en affinant, à chaque fois, les outils et processus de lecture en jeu.

Histoire matérielle et immatérielle de l'art moderne (Bordas, 1994 ; nouvelles éditions augmentées, Larousse, 2004-2008)

vendredi 21 août 2009


Détail d'une partition de Varèse.

Écoute de quelques pièces de Varèse. Notamment de "Ionisation" (1928-1933), pièce pour percussions. - Je mesure combien les conceptions que le musicien et le poète se faisaient des pouvoirs du son se révèlent proches.

C'est en 1932 que Varèse demande à Artaud de lui établir le livret d'un opéra (L'Astronome). Le projet demeurera inachevé. Mais l'on comprend bien à l'écoute des œuvres de Varèse combien la forme de "spatialisation" du son qu'il opère pouvait être proche de la dimension plastique de la musique que développe l'auteur du "théâtre de la cruauté".

C'est dans l'espace que se déploient les étages de timbres et les explosions sonores de Varèse. Dans toutes les dimensions de la hauteur, largeur, longueur et profondeur. On a bien affaire à une "échelle" de sons.

Et c'est dans le corps que retentissent ces écorchures sonores, trilles, vrilles et échardes musicales. On est dans la dissonance. La musique crève ici le tympan du son.


On me demande donc si mon dernier ouvrage (C'était Antonin Artaud, Fayard) propose une "grille de lecture" de l'œuvre et du personnage d'Artaud. - J'ai répondu sur ce point. Il n'est qu'à "aller voir" les nombreux textes et les nombreuses lectures que j'ai proposés au fil des ans. Sur des sujets aussi importants que les dessins d'Artaud, l'inconscient et la psychanalyse, la médecine, l'électrochoc et la psychiatrie, l'Orient, le long périple du Mômo sur notre planète.

Mais la question n'est pas là. Comme tous les grands auteurs, Artaud est À LUI SEUL une grille ou un ensemble de grilles de lectures. C'est cela qui est important. Il ne s'agit pas de réduire et ramener un auteur de cet acabit dans des grilles de lecture existantes et déjà données (comme la psychanalyse, la psychiatrie, Blanchot, Heidegger ou Derrida...) mais de considérer le monde au travers de ces "grilles", de cette vision du monde que nous propose Artaud.

Voir le monde avec les yeux d'Artaud. Retrouver d'autres lentilles. S'approcher au plus près.

Et là : tout bascule. On comprend bien que ce "RETOUR AU TEXTE" d'Artaud, ce retour à la "lettre" de ce qu'il a écrit, pensé et vécu, entraîne un changement de focale. Tout est là et c'est ce chemin que je m'efforce de tracer.

jeudi 20 août 2009


Librairie-Galerie Obliques, 58 rue de l'Hôtel de Ville, Paris IVe.

Texte paru dans La Nouvelle Revue Française, N° 301, fév. 1978.

      "La librairie Obliques a présenté une série de dessins, exposition faisant écho à cette autre exposition qui eut lieu en 1947 à la Galerie Pierre, quelque temps après la libération de l'interné de Rodez. C'est en asile psychiatrique, sous les injonctions du Docteur Ferdière (un des pionniers en matière d'art-thérapie...), et au sortir de plusieurs années de [prétendu] mutisme, qu'Artaud se [re]mit à dessiner. Terme bien impropre quand on se représente la frénésie, le paroxysme, la chirurgie corporelle et mentale auxquels correspondent ces griffures, ratures, écorchures, coupures, incisions. Il n'est en aucune façon question d'art ("Sorti d'une claustration de 9 ans, j'ai vu tomber devant moi toutes les œuvres écrites ou peintes"), mais de la production désespérée et magique d'un double corporel. Lieu et système de toutes projections, le dessin fonctionne comme ces poupées fétiches utilisées par les jeteurs de sort. Mais, ici, le démiurge agit sur sa propre image qu'il s'agit de refaçonner et de reconstruire, comme le fit Van Gogh, cet autre suicidé de la société, se livrant "sans désemparer à l'une de ces opérations d'alchimie sombre qui ont pris la nature pour objet et le corps humain pour marmite ou creuset". Aventure parallèle au "théâtre de la cruauté", participant à la même recherche exacerbée d'une voie où dé-situer le corps pour le faire crier, le dessin déconstruit l'homme mal fait, "pas fait du tout", en le remettant "sur la table d'opération pour lui refaire une bonne fois pour toutes une anatomie", tant il est vrai - ainsi que l'affirmait Van Gogh - qu'"il vaut mieux travailler dans la chair que dans le plâtre".

      L'œuvre, loin de se détacher de l'organisme qui l'a engendrée, se substitue à lui et en tient lieu. Faut-il donc voir en Artaud un précurseur du Body Art ? Si le corps et la souffrance physique constituent dans les deux cas la matière de l'œuvre, c'est de façon diamétralement opposée. Là où le Body Art opère directement sur un corps qu'il façonne et transforme en signe (le corps est un produit, comme l'œuvre ; il est, en ce sens, assimilable à n'importe quel support que l'on peut gratter, déchirer, exposer), Artaud, lui, agit sur un medium, prolongement retourné et renvoyé en miroir de son propre corps, symbole plus essentiel, plus vrai que le corps réel. La démarche du Body Art apparaît donc redondante dans la mesure où elle insiste, montrant du doigt ce qui constitue en fait la matière ultime de toute production artistique : le corps.

      Ventres, sang, suée, excréments, fragments d'organes, corps tronçonnés, torturés, dévissés : les dessins d'Artaud renvoient à une fantasmatique dont il serait trop de dire qu'il s'agit du corps morcelé, car de l'intégrité du corps il n'est plus question depuis longtemps dans ces affres d'asiles, de tortures, d'électrochocs où macère le corps d'Antonin Artaud - né pourtant (comme tout un chacun) le 4 septembre 1896. Corps embaumé, momifié dès sa conception, parcellisé et démembré dès la matrice. Déchet. Excrément : "Cela sentait la merde sur mon cœur, cette caisse avec mon tronc dedans, mais c'était moi l'excrément." Artaud aurait-il - ce faisant - inauguré une esthétique du déchet ? Le détritus se porte bien aujourd'hui dans les milieux artistiques : merde d'artiste en conserve, poubelles d'Arman, tampax usagés de Gina pane. Sublimation de tous matériaux, mais surtout désacralisation de l'œuvre d'art, vécue comme perte et comme déchet. C'est bien là que voulait en venir Artaud : toute trace - graphique ou autre - est de nature excrémentielle : "Ce que vous avez pris pour mes œuvres n'était que les déchets de moi-même, ces raclures de l'âme que l'homme normal n'accueille pas."

      Silencieux, quotidien, le travail de mort attaque, décompose et quoi de plus excrémentiel que la mort ! Le crayon sur le papier analyse, fouille, dissocie, dissèque chaque membre, tendon, tissu, ossature. Une touche de couleur (rouge, bleu) vient parfois rappeler que, dans l'organe opéré à vif, des veines charrient un sang précieux. Descente et remontée archéologique dans l'infini des organes commençants, ésotériques et non encore différenciés : "J'ai fait venir parfois, à côté des têtes humaines, des objets, des arbres ou des animaux, parce que je ne suis pas encore sûr des limites auxquelles le corps du moi humain peut s'arrêter." Création d'un corps cosmique, résultat d'un lent processus de dé-figuration attaquant la réalité jusqu'à la faire bouger."

Florence de Mèredieu

* Les termes entre crochets correspondent à des nuances apportées, après coup et à la relecture de l'article.

- En 1984, je publie le premier ouvrage d'ensemble consacré aux dessins du poète, Antonin Artaud, Portraits et Gris-gris.


lundi 17 août 2009


Réponse à Fabien A.

"...cette affaire semblant finalement plus nuire à l'image d'Artaud dans ses démêlés que produire un regain d'intérêt pour ses textes : votre livre apporte-t-il de nouveaux éclairages de compréhension sur l'homme et son œuvre d'une quelconque manière ou ne s'agit-il que de décrypter des incohérences d'édition et l'utilisation d'une œuvre par divers groupes d'intérêts ?" (Fabien A.)

Avez-vous lu le livre ? Ou vous basez-vous sur ce que l'on en dit ? - Ce livre a, bien sûr, des conséquences et des implications ÉNORMES pour ce qui concerne la compréhension d'Artaud (le personnage, les textes, l'œuvre et leur interprétation). Si j'avais développé toutes ces implications, il aurait fallu mille pages supplémentaires

Cet ouvrage devrait, dans l'avenir, être un point de passage obligé avant toute étude sérieuse et approfondie de l'œuvre, de la vie et des textes d'Antonin Artaud. Et croyez-moi : beaucoup savent que des découvertes importantes sont à mener.

S'agit-il, en cette histoire de seules "incohérences d'édition" ? Toute la question est là. Il me semble avoir bien donné mon sentiment sur ce point dans l'ouvrage. Ce livre devrait logiquement amener un REGAIN d'intérêt pour les "textes" d'Artaud, et en particulier pour les 406 cahiers manuscrits qui sont pour une part immense à découvrir : dessins et textes s'y imbriquent d'une manière absolument singulière. .

Qui souhaite enterrer Artaud ? PAS MOI.

Il y a un débat immense à mener sur ces manuscrits.

L'image d'un écrivain est ce qu'il y a de plus manipulable et de plus variable. Artaud a, de ce point de vue, été particulièrement gâté. Mon livre vise à ébranler, en leur base, des légendes, des faux-semblants, des contre-vérités historiques ou factuelles.

Pourquoi vous en tenir à un Artaud de légende et à ce qui n'est souvent qu'un Artaud de carton-pâte ?

Lisez les chapitres consacrés aux différentes interprétations d'Artaud et de son œuvre : la Société des Amis, la psychiatrie, la psychanalyse, l'impact de l'Affaire sur les lectures théoriques (dont Derrida), sans omettre la légende systématiquement entretenue par les médias.

N'oubliez pas, enfin, que j'ai rédigé d'autres ouvrages sur Artaud, dont un ouvrage sur l'électrochoc en 1996 (Sur l'électrochoc, le cas Antonin Artaud) et une biographie de plus de mille pages en 2006 (C'était Antonin Artaud), qui tiennent compte de la leçon des cahiers manuscrits d'Artaud.

vendredi 14 août 2009


Dans la situation actuelle, la meilleure solution de présentation de l'œuvre posthume d'Artaud serait de scanner et numériser la totalité des 406 cahiers manuscrits d'Artaud. On pourrait ainsi les proposer sous la forme d'un téléchargement ou de DVD.

Ce ne serait pas plus onéreux que les volumes des Œuvres complètes. Les 28 tomes en étaient récemment proposés d'occasion sur Internet au prix de 3.500 euros !

Scanner et numériser un cahier de 48 pages combien de temps est-ce que cela prend ? Qu'est-ce que cela coûte ? - Répéter 406 fois l'opération est-ce infaisable ? Les Éditions Gallimard et la Bibliothèque nationale de France réalisent des opérations bien plus complexes.

TOUS auraient accès à la TOTALITÉ de l'œuvre textuelle et graphique posthume d'Artaud. Et l'on sait (l'exposition de la BnF en 2006 l'a montré) que ces cahiers sont magnifiques. Surprenants. SINGULIERS.

Les réponses, à toutes les questions que l'on se pose, se trouvent dans la lettre et la continuité de ces manuscrits. Pourquoi en dissimuler LE SENS en ne les présentant que tronçonnés, fragmentés, et au compte-goutte ?




ANTONIN ARTAUD : ACCESSIBLE A TOUS. Réponse à François-René Simon

Que veut dire rendre Artaud "matériellement" accessible au plus grand nombre ? Y aurait-il, dans votre esprit, deux versions possibles d'un même texte : un "Artaud" pour "le grand public, garçons coiffeurs, /blanchisseuse, / marchands de tabac, / quincailliers, menuisiers, ouvriers imprimeurs", etc. ? Et un autre "Artaud" pour les étudiants, chercheurs, etc., ?

Et, pourquoi pas sur la lancée, deux Rimbaud, deux Mallarmé, deux Boris Vian, deux Shakespeare, etc. ? Et pourquoi se limiter à deux ?

En délimitant davantage de "couches" sociales, on pourrait avoir deux, quatre, six, dix versions différentes d'un même manuscrit de Rimbaud, Mallarmé, Boris Vian, Shakespeare ou Antonin Artaud... Toutes destinées à être "lisibles" par la couche sociale à laquelle elles seraient pieusement et sélectivement destinées.

Les garçons coiffeurs, blanchisseuses, marchands de tabac, quincailliers, menuisiers, etc. n'auraient-ils droit qu'à un texte "transformé" (cf. la page 1 du tome 26) ? Vous avez une bien piètre opinion du "grand public".

Nous avons TOUS droit au meilleur d'Artaud.



mardi 11 août 2009

AFFAIRE ARTAUD : Pour (ne jamais) en finir avec le jugement de François-René Simon

Paule Thévenin
Antonin Artaud,
ce Désespéré qui vous parle

Effectivement, la maquette de la collection Fiction & Cie intervient dans le processus. Encore faut-il préciser que la majorité des ouvrages de cette collection n'est pas consacrée à des "auteurs", et que l'effet est alors bien différent.

Pour exemple :
"Hubert Damisch
Fenêtre jaune cadmium"

Il n'y a alors aucun risque d'amalgame possible !

C'est un fan de Paule Thévenin qui m'a mise sur la voix de cette interprétation que vous jugez "venimeuse" : Bernard Noël qui s'est peut-être lui-même "pris les pieds dans le tapis" :

"On peut aussi penser que l'œuvre de sa vie étant dissimulée sous le nom d'Antonin Artaud, elle a pu, non sans humour, placer une fois son nom au-dessus de celui d'Artaud, et de celui-ci faire son titre. Et ce n'était pas bien entendu, s'en prendre à Artaud mais aux artisans d"une injustice ayant pour alibi les "droits" d'Artaud."
(Bernard-Noël, cité in L'Affaire Artaud, p. 590-591).

Si on ne peut même plus faire confiance aux fans !

Je présume par ailleurs que vous aviez lu ce passage qui figure dans mon livre. Alors ? Ne seriez-vous pas "un tantinet" de mauvaise foi ?

Quels ont été maintenant, au fil des ans, les sentiments provoqués en moi par Paule Thévenin ? Ce qui domine est la STUPÉFACTION. L'INCRÉDULITÉ. Cela suffit-il pour me taxer de "paranoïaque" ? Je laisse à chacun le soin de répondre.



AFFAIRE ARTAUD : Réponse à François-René Simon et son fabuleux "tapis volant"

Âmes sensibles : ZAPPER cette partie du blog.

Petit relevé des points où vous vous "prenez les pieds dans le tapis" que vous me tendez.

- En ce qui concerne les "palimpsestes" surchargés, il serait intéressant de voir si des études "scientifiques" (avec "séparation" des différentes couches de textes) aboutirait à la même lecture que celle de Paule Thévenin !

- la dénomination de l'ITEM (Institut des Textes et Manuscrits modernes). - Voir L'Affaire Artaud, page 123 et page 233 !!!! C'est bien ce qui est dit !!! - J'ai, pour le reste, respecté la manière dont cet organisme était diversement dénommé (sic) par les protagonistes de l'histoire. - Alors ? Une note explicative supplémentaire (une de plus) aurait-elle été nécessaire...

- En ce qui concerne ce qu'Évelyne Grossman nomme "une hypothétique lecture" (Quarto, p. 15.) et ces "termes" par rapport auxquels j'entretiens quelque doute, je cite le cas de "etredir", pour ce que je lis "etredieu" ou "etre dieu". Tout en précisant que l'on reste dans l'ordre de l'hypothèse...

- Je n'ai jamais eu l'outrecuidance de revendiquer le travail de transcription des manuscrits inédits d'Artaud. N'étant pas "spécialiste" des manuscrits, je ne peux fournir que ce que j'appellerai des remarques de "simple bon sens".
L'œuvre d'Artaud est suffisamment complexe et importante pour mériter un travail de transcription approfondie, mené non par une seule personne mais par une équipe pluridisciplinaire, dans un laboratoire équipé de moyens permettant de déchiffrer les passages problématiques. La transcription de Paule Thévenin demeurant, d'ailleurs, UNE des pièces du dossier.

- Contrairement à ce que vous laissez entendre, je ne mets pas en cause les 28 tomes des Œuvres complètes, les premiers tomes comprenant pour l'essentiel des textes parus du vivant du poète. Mes interrogations sur la transcription visent les manuscrits inédits d'Artaud (à partir du tome 15).

Rédigée en 1994, ma Lettre ouverte à Josyane Savigneau ne concernait bien sûr que le tome 26, les 632 pages de photocopies des manuscrits (fournis à Mr Malausséna) permettant une comparaison ligne à ligne dont le résultat s'est avéré hautement "baroque", le texte initial apparaissant souvent comme curieusement "gondolé".

En ce qui concerne la prétendue transcription diplomatique que vous proposez, précisons qu'elle est de votre fait et pas du mien. Les sabots sont un peu gros !!!
Votre demande d'explication sur la différence entre transcription linéaire et transcription diplomatique est oiseuse.
En effet :
- ou ce n'est pas différent et alors pourquoi ne pas s'en tenir à la leçon du manuscrit ?
- ou c'est différent : cela signifie que le manuscrit n'est pas respecté.
Tous les spécialistes des manuscrits vous expliqueront (bien mieux que moi) que la différence est grande et ouvre la voie à des lectures différentes.

N'oubliez pas qu'Artaud entend mettre à mal le carcan syntaxique et grammatical et réinventer la langue. - Alors pourquoi remettre en permanence sur ses écrits une couche de syntaxe et une pelletée de grammaire ?




"Florence de Mèredieu peut d'ailleurs donner des leçons de transcription. Mais elle ferait mieux de balayer devant sa porte. On ne sait d'où elle a tiré le texte intitulé "La mort et l'homme" dans sa première édition (juin 1984) de Portraits et gris-gris..." (François-René Simon)

Réponse :
- La référence au texte "La mort et l'homme", publié en juin 1984 dans Antonin Artaud, Portraits et Gris-gris, figure en fin d'ouvrage. Il s'agit d'un texte paru en 1950, dans le n° 13 de la revue 84, page 62.
Il faut arrimer vos lunettes !
Cette transcription n'a bien sûr pas été effectuée par moi ! - Qui l'a effectuée ? - Il n'est pas impossible, il serait même probable (mais pas certain), que ce puisse être Paule Thévenin.

Les citations d'un ouvrage se conforment (c'est l'usage) aux éditions en cours. La revue 84, tout d'abord, l'édition de Gallimard ensuite qui fait foi et référence.
L'auteur d'un essai ne décide pas de la transcription d'un texte. Surtout quand il n'a pas accès aux manuscrits. Votre remarque relève d'un gag !
Dans mes six essais consacrés au poète, AUCUNE des citations de textes déjà publiés n'est dûe à une transcription de mon fait !

Votre chronique me donne l'occasion de découvrir le manuscrit initial de La MORT ET L'HOMME (que je n'avais pas remarqué dans le catalogue de la BNF, p. 194), manuscrit très différent de toutes les transcriptions fournies, puisqu'il y a carrément interversion des deux pages du texte.
Paule Thévenin a opté pour une solution mixte, basée pour une part sur la copie dactylographiée trouvée dans le cahier (je ne connais pas cette copie) et pour une part sur le manuscrit (cf. les deux italiques). Voir sur ce point note 1 de la page 157 du tome XXI.

En 2008, lors de la réédition de mon livre, les Éditions Gallimard nous ont demandé de nous conformer à la version du tome XXI.
La non mise en italiques des deux articles (un, une) s'apparenterait-il, dans mes Portraits et gris-gris (version 2008) au respect prémonitoire de cette version dactylographiée de Rodez dont Paule Thévenin précise qu'elle ne comportait pas d'italiques ? - Je n'ai rien à ajouter à cette cocasserie.



samedi 8 août 2009


(Réponse aux "loups" qui sont "fâchés")

Sur le traitement des manuscrits inédits opéré par Paule Thévenin, vous semblez curieusement d'accord avec la plupart de mes "constatations".

"Ces atteintes à la "fondamentale et inaliénable réalité du manuscrit autographe" sont effectives. Elles jettent un voile de suspicion sur le décryptage de Paule Thévenin notamment à partir des cahiers de Rodez. Mais un voile seulement." (François-René Simon, les loupsediteurs)

Vous voudriez en savoir plus ! - Vous avez raison. Seule la consultation des manuscrits peut répondre à vos interrogations. Puis-je vous conseiller de passer une semaine, rue de Richelieu, au département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France.

Muni d'un exemplaire du tome 26, ayant soigneusement repéré et noté sur un papier, dans les notes situées en fin d'ouvrage, les numéros des cahiers successifs, vous pourrez confronter ce volume 26 des Œuvres complètes d'Antonin Artaud (Éditions Gallimard) aux microfilms des cahiers manuscrits correspondants. Je serai heureuse d'avoir, ensuite, votre sentiment sur la question de cette transcription.

- Oui, croyez-moi : la vision des 632 pages du "manuscrit" du tome 26 fut amplement suffisante, pour que je puisse m'interroger sur les "modifications et distorsions" de la transcription !!!! - Suivez mon conseil : consultez les microfilms des cahiers à la BNF.

Ce tome 26 ne constitue pas (comme vous le pensez) une goutte d'eau dans le traitement des écrits posthumes mais 1/10 des tomes qu'il conviendrait de relire à la lumière des cahiers manuscrits correspondants : du tome XV au tome XXVI. C'est beaucoup.
D'autant que les passages non retenus des cahiers utilisés pour ce tome XXVI se retrouvent de manière aléatoire dans d'autres tomes. Jean-Pierre Thibaudat avait ainsi retrouvé dans un tome antérieur deux lignes dont je ne parvenais pas à comprendre où elles étaient passées (Cf. Article de Thibaudat et ma réponse L'Affaire Artaud, p. 237 et suivantes).




Une des principales difficultés des 406 cahiers manuscrits d'Artaud tient au fait que textes et dessins (extrêmement nombreux) sont souvent imbriqués les uns dans les autres, ou que plusieurs textes sont présentés de manière quasiment polyphonique, avec des imbrications graphiques et des imbrications de sens.

Trois solutions seraient alors envisageables :

- opter pour une transcription "linéaire", lorsque le texte manuscrit d'Artaud présente à l'évidence (encore faut-il, dans chaque cas, déterminer cette ÉVIDENCE), une continuité de ligne à ligne.
- opter pour une transcription diplomatique, dès qu'il y a doute sur cette continuité, avec présentation des textes en marge, etc.
- opter pour une présentation "graphique" ou "visuelle" lorsque textes et dessins se présentent liés et imbriqués les uns dans les autres. - La SEULE solution passe, en ce cas, par le fac-similé.

Trois procédures distinctes cela peut paraître difficile à mener de front. Les dessins étant nombreux, extrêmement nombreux et "liés au texte", une grande partie des manuscrits appelle le fac-similé ! - C'est pourquoi je milite, et continuerai à militer, pour que l'on offre au lecteur (à TOUS les lecteurs) une version numérique de la totalité des cahiers manuscrits d'Artaud.

Pour le reste, je vous renvoie aux pages 204 et 205 de mon livre. J'y marque bien les nuances à apporter à cette question de la transcription. Ce que vous faites de mon livre est une CARICATURE.



jeudi 6 août 2009


Réponse à François-René Simon (lesloupsediteurs)

La littérature consacrée à Paule Thévenin (journaux, articles de revue, etc.) est éparse mais abondante. Les termes répertoriés dans L'Affaire Artaud pour décrire Paule Thévenin ont été écrits ou prononcés, à un moment ou un autre de l'Affaire, par nombre d'intellectuels, de journalistes ou de fans. Les références en figurent dans mon ouvrage. Ces termes ne sont donc que bien rarement de mon cru. Il ne sert donc à rien de m'en attribuer la "maternité" !

Le simple fait, maintenant, de collationner et mettre bout à bout les opinions ou les témoignages des uns et des autres écorne de fait la légende. Le piédestal élaboré au fil des ans apparaît, d'un coup, comme surdimensionné. Que puis-je à cet effet de masse ?

Relisez dans L'Affaire Artaud le chapitre consacré aux deux textes "siamois" que Bernard Noël ["Artaud et Paule"] et Simon Harel ["Figures et Portraits vertigineux"] ont consacrés à Paule Thévenin. À cela s'ajoute cet autre texte de Laurent Dubreuil ("De l'attrait à la possession") dont je parle abondamment. Celui-ci se situe certes sur un autre plan mais travaille dans le même registre,

Là encore je n'invente rien, mais collationne et décrypte. Il s'agit d'ailleurs d'un décryptage très proche des sources utilisées. Sources ô combien prolixes et dont le contenu n'est pas épuisé...

Relisez le texte... Vos lunettes sont mal arrimées.




Bravo pour le titre de cette chronique parue sur le blog "lesloupsediteurs" (François-René Simon, 2 juillet 2009) et qui se veut (est-ce une idée ?) "assassine". - Bien trouvé et bien envoyé ! D'autant que Lacan lui-même ("les noms du père" ou les "non-dupes errent") a dû se retourner dans sa tombe au vu de la féminisation outrancière de cette œuvre du Mômo.

Mais n'est-ce pas trop d'honneur ?

Votre papier passe outre aux nuances, si nombreuses dans L'Affaire Artaud, ce qui vous conduit à donner un tour malveillant à certains de mes constats ou développements. Les énumérer est impossible. Je renvoie donc le lecteur à la lecture de l'ouvrage.

Simplement, ceci auquel je tiens : je n'ai nulle part "dénigré" Maurice Nadeau, dont j'ai au contraire tenu à préciser qu'il avait "tant œuvré pour la littérature !" (L'Affaire Artaud, Fayard, p. 402.) Ne pas être d'accord avec quelqu'un est-ce forcément l'"insulter" ou le "dénigrer" ?

La "haine" : cette accusation ne me surprend pas. Vous avez, comme beaucoup en cette Affaire, quelque difficulté à vous départir de cette règle, ce dispositif ou cette procédure "haineuse", institués en cette histoire il y a plus de 60 ans.

Disons les choses nettement (ET UNE FOIS POUR TOUTES). La haine est une chose grave. Elle ne se conçoit que comme l'envers ou le revers d'attachements très forts et très puissants. Et là, pardonnez-moi, mais Paule Thévenin (comme d'ailleurs la plupart des protagonistes de cette histoire) m'est "INDIFFÉRENTE". `

Que je puisse, par contre, cultiver une ironie parfois féroce, c'est, me semble-t-il, la moindre des choses, pour quelqu'un qui entend manifester son droit à penser. Et à penser librement.




L'été venu, je m'étais promis de tenir un blog léger. - Léger comme la libellule ou l'aile du papillon. Et voilà que L'Affaire Artaud me rattrape !

Une chronique sur Internet, que je n'avais pas vue ("Pour en finir avec le jugement de Mèredieu. -, m'amène à me lancer à nouveau dans tout ce que l'on me reproche, à savoir le "décorticage" des articles des uns et des autres (cf. Le Monde) et le "commentaire des commentaires des commentaires" de tout un chacun...

"Florence de Mèredieu est désagréable, haineuse, dérangeante."
- (François-René Simon)

C'est encore une fois ma "méchanceté qui est en cause" ! Je serais bien trop méchante. Avec Paule Thévenin, cette fois-ci ! Eh oui, dans ces histoires de "bon dieu", de "jugement de dieu", de "grand méchant loup" et de "petit chaperon rouge", on a parfois du mal à saisir ce qu'il en est du loup, du petit chaperon, et de sa galette !

Alors, que les visiteurs de ce blog me pardonnent la lourdeur, la pesanteur des "commentaires" et des épisodes qui vont suivre...