vendredi 14 août 2009

ANTONIN ARTAUD : ACCESSIBLE A TOUS. Réponse à François-René Simon

Que veut dire rendre Artaud "matériellement" accessible au plus grand nombre ? Y aurait-il, dans votre esprit, deux versions possibles d'un même texte : un "Artaud" pour "le grand public, garçons coiffeurs, /blanchisseuse, / marchands de tabac, / quincailliers, menuisiers, ouvriers imprimeurs", etc. ? Et un autre "Artaud" pour les étudiants, chercheurs, etc., ?

Et, pourquoi pas sur la lancée, deux Rimbaud, deux Mallarmé, deux Boris Vian, deux Shakespeare, etc. ? Et pourquoi se limiter à deux ?

En délimitant davantage de "couches" sociales, on pourrait avoir deux, quatre, six, dix versions différentes d'un même manuscrit de Rimbaud, Mallarmé, Boris Vian, Shakespeare ou Antonin Artaud... Toutes destinées à être "lisibles" par la couche sociale à laquelle elles seraient pieusement et sélectivement destinées.

Les garçons coiffeurs, blanchisseuses, marchands de tabac, quincailliers, menuisiers, etc. n'auraient-ils droit qu'à un texte "transformé" (cf. la page 1 du tome 26) ? Vous avez une bien piètre opinion du "grand public".

Nous avons TOUS droit au meilleur d'Artaud.

(Cf. lesloupsediteurs.fr/blog).

À SUIVRE...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire