mercredi 11 août 2010

MÉMOIRES FILMIQUES (FILM, 1981).

Ce film se veut un hommage au cinéma expérimental des années 1980. Il se présente comme un film-manifeste sur cette forme d'expression qui atteint, à ce moment-là, un grand développement. Il s'agit donc d'un éloge de ce photogramme fuyant, mirifique et abstrait que développent alors tant de films expérimentaux. La forme est abstraite, formelle et colorée. Le texte (très prégnant) se présente sous une forme tout à la fois poétique, critique et humoristique. Il s'agit d'une réflexion poétique et ludique sur le cinéma expérimental.

Le film super 8 est projeté à l'intérieur (au centre) du cadre constitué par une diapositive, dispositif qui avait alors été mis au point par Stéphane Marti. L'image et l'extrait de film présentés sur ce site ne comportent pas cet « écran » qui demeure essentiel et au rythme de l'image-mouvement et à la « plasticité » de l'ensemble.

"Monté à l'envers comme la mémoire, avec des retours en boucles et une temporalité impossible, un film se lira pourtant toujours de manière linéaire, sans qu'il soit possible de retenir — ou d'inverser — la fuite éperdue des photogrammes. Fuite rythmique et régulièrement agencée. A l'instar de quelque cérémonie — commémorative et magnifiquement ordonnée.

Qu'un photogramme alors, quelconque et nonobstant semblable à tous les autres, s'essaye à quelque anarchie, qu'il lui prenne le loisir d'en enjamber ou d'en chevaucher quelques autres, qu'il se frotte ou se pique de se retourner subrepticement — au plus mauvais moment du film — votre œil alors n'y lira plus rien sur cette pellicule vide.
On nomme parfois cela
avant-garde, étant bien certain que de toute façon nul ne comprendra rien - puisqu'il n'y a, bien sûr, rien à comprendre, strictement rien à lire ou bien à visionner. […]

Couchées là sur le papier, étalées, mises à plat, nos mémoires - filmiques et cependant toutes conceptuelles - auront cet aspect figé des morts éteints, coulés dans la pierre du souvenir.

Rendues à leur mouvement, à la transe éphémère de la danse filmique, on sait bien cependant qu'elles redeviendront vivantes…"

"Mémoires filmiques" (texte, extrait, 1982)

Mémoires filmiques (1981) un film de Florence de Mèredieu.
Super 8 mm, 10 minutes.
Voir un extrait du film (sans son cadre de diapos).

2 commentaires:

  1. Bonjour,
    où peut-on voir ces "Mémoires filmiques"?
    Merci

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,

    Voici le lien où vous pouvez en voir un court extrait. Sur le site du Collectif Jeune Cinéma

    http://www.cjcinema.org/pages/catalogue_en_ligne.php?id_film=558

    Vous pouvez voir le film par l'intermédiaire du Collectif Jeune Cinéma (coordonnées sur le net).

    L'extrait que vous verrez est une numérisation (qui entraîne une perte de "qualité" de l'image)du film tourné au départ en super 8. Le film est ici Sans son "cadre" de diapos. Le film était projeté au centre d'un diaporama (cache noir) d'images elles aussi abstraites.
    Ce que vous verrez (via le lien) n'est donc qu'un résidu de l'œuvre elle-même.
    Quant au texte, il avait, à l'époque, été publié dans l'Hebdo des Femmes.Il faudra que j'en mette l'intégralité sur Internet.
    Ce sont là les "aventures" du Cinéma expérimental.

    RépondreSupprimer