lundi 28 mars 2011

ANTONIN ARTAUD, LE VIRTUEL, LES DOUBLES ET LES NOUVELLES TECHNOLOGIES.


Défenseur de ce qu’il dénommait un « corps sans organes », Antonin Artaud s’est toujours défié des images, des machines et des doubles.

Quelle aurait été sa position vis-à-vis de ces « nouvelles technologies », ces machines et ces prothèses qui envahissent de plus en plus nos vies ?

Artaud appelait le spectateur à participer et vivre l’action théâtrale. Quelle aurait pu être son attitude vis-à-vis de ces dispositifs interactifs qui nourrissent les installations des artistes contemporains ?

Une discussion s’engage et s’ouvre…

Film : Alexandra Dementieva ;
Photographies : Florence de Mèredieu.
Video sur YouTube

Alexandre Dementevia - La chambre des cris

7 commentaires:

  1. Comme mon double Versus, je ne peux qu' approuver cette claire et précise introduction à A. Artaud inédit en lien avec mon clavier !
    Jean Marie Staive.

    RépondreSupprimer
  2. Ah ! le jeu des doubles.

    En dédoublant les doubles, cela quadruple.

    Et ensuite : on est parti pour une mise en abîme.

    Merci à vous.

    RépondreSupprimer
  3. Chapeau bas,fascinant projet Mesdames (si je puis me permettre), de la "chambre des cris" à la "petite chambre de l'imagination", une ombre, comme un autre double s'est imposée à moi. La ressentez-vous aussi, cette présence curieuse de vos travaux d'un certain Tadeusz Kantor...

    RépondreSupprimer
  4. Kantor : oui. Nous adorons Kantor, sa "classe morte", ses ombres, ses silences, sa mécanique gestuelle et la façon dont il avait entrepris de dompter l'océan.

    Kantor dont la trajectoire traverse l'aventure d'un certain "théâtre de la cruauté".

    Merci d'avoir mêlé votre imaginaire au nôtre.

    RépondreSupprimer
  5. je visionne
    amitiés
    geneviève

    RépondreSupprimer
  6. Geneviève, tu vas retrouver les gris, les noirs et les blancs des portraits de l'été dernier…
    A bientôt

    RépondreSupprimer